Le Parisien donne le ton : pas de deux au Tango

Ce vendredi matin, le journal Le Parisien publie un article qui révèle l’état de la situation sur le devenir du Tango. Que nous apprend cet article ?

Ce que nous savions déjà : le propriétaire est silencieux, il a remercié La Boîte à Frissons (société qui assurait l’animation de la salle depuis 1997) et ne s’exprime pas publiquement sur ses intentions.

Ce qui a été confirmé : la Mairie de Paris a fait une offre d’achat à un prix tout à fait convenable, elle souhaite que cette salle reste ce qu’elle a été, elle est informée des intentions du Collectif Tango 3.0 et voit d’un bon œil son projet.

La révélation de l’article : le groupe SOS souhaite aussi acquérir l’immeuble (association française à but non lucratif spécialisée dans l’entrepreneuriat social qui regroupe des entreprises et des associations, une énorme structure qui ne cesse de croître et dispose de moyens financiers conséquents). Et c’est bien entendu la salle Le Tango qui intéresse ce groupe, déjà en lien avec le magazine Têtu. Le PDG de ce groupe Jean Marc Borello est ouvertement gay, membre influent de La République en Marche, il est proche du président Macron.

Ce que cela signifie pour notre Collectif : notre seul souci à présent est de faire connaître notre projet, regrouper le maximum de soutiens et défendre notre vision. Nous voulons un lieu festif, géré démocratiquement dans l’intérêt collectif, et indépendant.

1 réflexion sur “Le Parisien donne le ton : pas de deux au Tango”

  1. Bonjour,
    Je suis de Chartres ,je venais régulièrement, je ne savait pas que c’était fermé, j apporte évidemment mon soutiens, en quoi puis je vous aider.
    Bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *